Persévérance scolaire > Martin Champoux s’engage pour la réussite éducative des élèves et étudiants de Drummond!

Dignes de la confiance des Québécois!

Bilan de fin de session du Bloc Québécois :

Drummondville, le 26 juin 2024 — Le député de Drummond, Martin Champoux, dresse le bilan de la session parlementaire du Bloc Québécois qu’il qualifie d’intense mais néanmoins constructive à bien des égards.

Fidèles à leur engagement, les députés du Bloc Québécois sont restés centrés sur les priorités des Québécois. Ils ont fait preuve d’une remarquable rigueur, tant pour défendre le français que pour s’assurer du respect des juridictions et pouvoirs du Québec par le gouvernement fédéral. Que ce soit en santé, en soins dentaires, en logement, en infrastructures, en transport collectif ou pour son secteur financier, c’est le Québec qui est le mieux placé pour bien mener ses affaires. Quand Ottawa s’en mêle, c’est toujours plus long, toujours plus cher et jamais meilleur », rappelle Martin Champoux.

Le député de Drummond déplore que les conservateurs, plutôt que de faire avancer les dossiers importants pour les Québécois et les Canadiens, aient choisi de faire de l’obstruction systématique lors des travaux de la Chambre des communes et des comités face à un gouvernement libéral complètement dépassé qui n’arrivait à faire passer ses projets de loi que par le biais de bâillons, appuyés par un NPD qui n’a plus aucune connexion avec la réalité québécoise.

En matière d’immigration, malgré ce contexte parlementaire difficile, les bloquistes ont redoublé d’efforts pour faire respecter les positions du Québec quant à sa capacité d’accueil des nouveaux arrivants et pour qu’Ottawa défraie sa part des coûts engagés pour les demandeurs d’asile. « Sans notre travail assidu, les 750 millions de dollars du fédéral seraient restés dans les coffres d’Ottawa », confie-t-il.

C’est grâce à la ténacité du Bloc Québécois qu’une commission d’enquête sur l’ingérence étrangère a été créée. Nous avons aussi fait adopter à forte majorité une motion demandant que l’enquête soit élargie afin que la juge Hogue puisse enquêter sur les parlementaires qui pourraient avoir collaboré avec des puissances étrangères », avise M. Champoux.

Faire avancer le Québec

Certains projets de loi, bien que moins présents dans l’actualité, font l’objet d’un suivi rigoureux par les députés bloquistes. Par exemple, C-319, la législation visant à rétablir l’équité chez les aînés et permettre aux 65-74 ans de percevoir l’augmentation de la pension de la sécurité de la vieillesse au même titre que les personnes de 75 ans et plus, doit revenir à la Chambre des communes cet automne. « C’est une priorité pour nous de mener ce dossier à terme. Il n’existe aucune raison valable pour que les Libéraux maintiennent ce système discriminatoire qui crée deux classes d’aînés », s’insurge M. Champoux.

« Nous avons agi dans le dossier de la santé en portant de manière très humaine un projet de loi qui permettrait aux personnes atteintes d’une maladie grave et incurable menant à l’inaptitude, telle l’Alzheimer, de faire une demande anticipée d’aide médicale à mourir », souligne le député Champoux. C’est un sujet d’une grande sensibilité dont le débat s’est tenu dans le plus grand respect au Québec. Encore une fois, le fédéral ralentit la nation québécoise dans la mise en place de mesures sociales progressistes.

Chez nous

« Encore cette année, c’est par centaines que les citoyennes et citoyens ont contacté mon bureau pour obtenir de l’aide à propos de divers services fédéraux, principalement l’assurance-emploi, l’immigration, les programmes fiscaux et de prestations, ainsi que le nouveau Régime de soins dentaires qui a été une source de confusion pour plusieurs bénéficiaires », précise le député.

M. Champoux a aussi vertement critiqué le désengagement du fédéral envers le programme Emplois d’été Canada, soulignant que les fonds alloués pour Drummond sont déconnectés des besoins locaux, moins de 40 % des demandes ayant pu être comblées.

Le député bloquiste travaille en étroite collaboration avec les acteurs politiques et économiques d’ici pour garantir un service de train en adéquation avec les besoins de la région en matière de transport collectif, notamment en faisant débloquer le projet d’implantation d’un « hub » ferroviaire à Drummondville. À l’invitation de M. Champoux, la mairesse Stéphanie Lacoste s’est d’ailleurs rendue à Ottawa pour témoigner au Comité des Transports avec pour résultat qu’une recommandation formelle se trouvera dans le rapport qui sera déposé à la Chambre cet automne.

« Nous continuons également la lutte aux côtés de nos producteurs agricoles qui demandent à juste titre qu’on les soutienne pour faire face aux changements climatiques et pour s’adapter à la concurrence mondiale. De plus, nous maintenons la pression pour que soit adopté au plus vite le projet de loi C-282 visant à empêcher que la gestion de l’offre soit encore servie en pâture dans les négociations d’accords commerciaux », poursuit M. Champoux.

« En début de session parlementaire, nous avions choisi d’orienter notre travail sur le thème “Dignes de confiance !”, parce que les Québécoises et Québécois savent qu’ils peuvent compter sur nous pour proposer des solutions sans verser dans la partisanerie. En regard de ce qui a été accompli, je pense sincèrement que nous avons bien fait le travail et que nous nous sommes montrés dignes de cette confiance. Mais il reste beaucoup à faire : nous continuerons de dénoncer les atteintes à notre langue, à notre laïcité et à nos champs de compétence ; nous poursuivrons le travail pour appuyer l’économie du Québec et de ses régions, ses industries, son tourisme et ses secteurs de pointes. Nous allons persister à faire pression pour qu’Ottawa cesse d’appuyer l’industrie pétrolière et redirige tous ces milliards vers la transition écologique. Parce qu’on est près de notre monde et qu’on travaille avec cœur pour les intérêts des Québécois, vous pouvez compter sur le Bloc ! », conclut Martin Champoux.

Visionnez mes
interventions

Pour voir ou revoir mes prises de parole à la Chambre des communes.

Formulaire de contact